PDFE-mail


le-plus-beau-cadeau-portfolio-(14)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(11)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(12)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(13)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(15)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(16)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(17)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(1)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(4)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(5)
le-plus-beau-cadeau-portfolio-(7)

Le plus beau cadeau

Le plus beau cadeau (Poésies d’enfants non-voyants)

Réf : ALBUM

Prix:
14000,00 €
Description de l'oeuvre
Titre :

 

Le plus beau cadeau

(Poésies d’enfants non-voyants)

 

Technique :

 

Préface de Jean-Clarence Lambert

 

In-plano, sous emboîtage de toile beige d’éditeur.

 

Complet de son texte (en français et en braille), justification de tirage, ainsi que de ses 7 gravures originales par ALECHINSKY, Eduardo CHILLIDA, MIOTTE, C-H. PEDERSEN, SUGAÏ, Joan MIRO et TAPIES.

 

 

Toutes les gravures sont numérotées 1/80 et signées au crayon gris par l’artiste.

 

 

Composition en braille réalisée par l’Imprimerie de l’association Valentin Haüy. Imprimé au centre d’art graphique de la Métairie Bruyère à Parly ; le 8 mars 1995. Edité par l’Association artistique et caritative de Parly dans l’Yonne (ACPY).

 

 

Tirage à 103 exemplaires sur vélin d’Arches.

 

Dimensions :

Dimensions : H63xL45,5 cm

(pour les planches et le texte)

 

Dimensions : H70,5xL54 (pour la boîte).  

Etat de conservation :

 

Etat de conservation : Légères traces de manipulation pour l’emboîtage, l’intérieur (planches et texte) en parfait état de conservation. 

 

Divers :

Exemplaire numéroté 1/80 (Un des 10 exemplaires marqué ACPY réservé à l’Association).

 

 

L’idée de ce livre remonte à 1968, lorsque Robert et Lydie Dutrou décidèrent de réunir leurs amis artistes autour d’un même livre. Robert Dutrou: «Le premier à s’être impliqué dans ce projet fut Miró. Un jour, alors qu’il travaillait dans notre atelier, notre nièce non-voyante entra dans la pièce et voulut voir la gravure qu’il préparait. Grâce au relief laissé par la plaque de cuivre sur le papier, elle a pu reconnaître un oiseau (Le grand duc) que Miró venait de créer. Il fut à la fois très touché et ému que son travail de graveur puisse être vu par quelqu’un qui n’avait plus l’usage de ses yeux. « C’est à ce moment qu’il a décidé de participer à notre projet. 

Par la suite, Chillida et Tàpies y travaillèrent puis Sugaï, Alechinsky, Pedersen et Miotte.» Cet ouvrage qui représente plusieurs années de travail et d'effort, ne verra finalement le jour qu’en 1995.